Menu

Lille: de la prison avec sursis pour une séance d’humiliation retransmise en direct

09/10/2020

 

Une mère et ses trois enfants, jusqu’ici inconnus de la justice, sont condamnés pour avoir réclamé des comptes à une possible rivale. La séance d’explication s’était achevée en moment de torture morale.

PARU DANS LA VOIX DU NORD, le 20/11/2019, par Lakhdar BELAID

 

 

Tous les protagonistes de ce dossier connaissent très bien la prison de Sequedin. Pas pour y avoir séjourné. La victime y travaille. Le mari et père des personnes jugées y a longtemps été en poste, notamment à un échelon élevé. Le 16 juillet 2018, une femme de 46 ans et ses trois enfants débarquent dans un appartement lillois. L'occupante est prise au dépourvu lorsque ces indésitables investissent son logement.

 

Soupçon d’adultère

 

La famille exige une explication. La personne dont elle instruit le procès a longtemps été considérée comme « une sœur » par la mère, comme « une tante » par la progéniture. Tous soupçonnent à présent cette surveillante de prison, défendue par Tayeb Ismi, d’avoir séduit leur mari et père. Ce dernier est absent. Quelques minutes après le début de cette « descente », il recevra sur son téléphone une photo dégradante de sa collègue.

 

Absente à l’audience de jugement, la plaignante ne s’est pas non plus déplacée pour entendre la sanction décidée à l’encontre de ses anciens amis une semaine plus tard. Il y a quelques années, elle a vécu de très près l’évasion explosive de Redoine Faïd, soupçonné de plusieurs braquages spectaculaires. D’où des traumatismes décrits face à la présidente Audrey Bailleul et à ses assesseurs.

 

Neuf mois de prison avec sursis pour la mère

 

Cette fois, Me Ismi viendra énoncer des troubles plus récents. Ce groupe ayant forcé sa porte l’a, dit-elle, déshabillée et photographiée avant d’adresser le cliché à un collègue, soupçonné d’avoir nourri avec elle une relation extraconjugale. Il est même question de menaces à l’aide de couteaux piochés dans sa propre cuisine. Des soupçons rejetés avec force par Mes Cherifa Benmouffok et Blandine Lejeune.

 

Le procureur Pierre Besse avait souhaité des peines d’amende avec sursis. La sanction sera finalement beaucoup plus lourde. Neuf mois de prison avec sursis pour la mère et son fils de 23 ans, cinq mois, toujours avec sursis, pour deux filles âgées de 27 et 28 ans.

 

 

 

CONTACTEZ-NOUS DROIT PENAL

 

Retour aux actualités
Actualités
Plus d'actualités
Avocats
Blandine Lejeune

Avocate depuis 1987, Blandine LEJEUNE a acquis une solide experience dans la défense pénale des auteurs et victimes d’infractions.

Elle s’est très rapidement illustrée dans des dossiers sensibles et médiatiques tels que l’affaire Ida BEAUSSART dans laquelle elle a obtenu l’acquittement de cette jeune fille accusée du meutre de son père néonazi ; l’affaire d’Outreau ; l’affaire des frères JOURDAIN dans laquelle elle a assisté les quatre familles endeuillées suite au meurtre de leurs filles ; l’affaire dite du THEATRO ; l’affaire du BATACLAN dans laquelle elle assiste de nombreuses victimes ; …

Blandine LEJEUNE plaide régulièrement devant les tribunaux correctionnels et les cours d’assises dans la région des Hauts de France, et sur l’ensemble du territoire nationale.

 

Parralèlement à son activité pénale Blandine LEJEUNE a également développé une grande maitrise du contentieux familial et des litiges relatifs aux préjudices corporels.

 

Elle est l’auteure d’un essai autobiographique « Une femme parmis les hommes : profession, avocate pénaliste » et de trois polars, publiés chez Ravet-Anceau, dans la collection « Polars en Nord » : « Embrouilles lilloises » ,  « Dernier tango à Lille », « Scandaleuse ».

Matthieu Staelen

Matthieu STAELEN est titulaire d’un Master II Études Pénales et Criminelles.

 

Il intervient principalement au sein du cabinet en droit pénal général, droit pénal des affaires et droit pénal des mineurs.

 

Il assiste les auteurs et victimes d’infractions à tous les stades de la procédure pénale, de l’audition libre ou de la garde à vue, jusqu’aux juridictions de jugement.

 

Il assiste aux côtés de Maître Blandine LEJEUNE les auteurs ou les victimes d’infractions devant les juridictions pénales et principalement devant les cours d’assises.

Adèle Carré

Adèle CARRÉ est titulaire d’un Master II Études Pénales et Criminelles et d’un Certificat d’études pénales et criminelles de l’Institut de Criminologie de Lille.

 

Elle intervient principalement en droit pénal, droit de la famille, et dans les litiges relatifs aux préjudices corporels.

 

Elle assiste les auteurs et victimes d’infractions à tous les stades de la procédure pénale, de l’audition libre ou de la garde à vue jusqu’aux juridictions de jugement.

 

Elle assiste aux côtés de Maître Blandine LEJEUNE les victimes du début à la fin du processus d’indemnisation, les préparant et les accompagnant notamment aux expertises.

Nous contacter
* champs obligatoires

Cabinet
Blandine Lejeune

28, avenue du Peuple Belge
59000 Lille

03 20 06 65 75

06 80 13 10 46

Du Lundi au vendredi
de 8h30 à 12h30 et de 14h à 19h