Menu

Arleux : elle lui envoie un texto pour son anniversaire, il l’agresse sexuellement

06/10/2020

 

Mardi, le tribunal a déclaré un jeune homme coupable d’agressionsexuelle, délit commis le 2 février 2019 à Arleux. Il devra accomplir un stage de lutte contre le sexisme.

 

PARU DANS LA VOIX DU NORD, le 04/09/2020, par Pierre VILCOCQ

 

Lorsqu’elle lui adresse un texto à l’occasion de ses 23 ans, Louise (1) accepte de le revoir pour parler mais lui précise bien qu’il n’y aura pas cette fois de rapport intime. Car Louise et A. C. ont été des « sex friends » : ils ont entretenu des relations sexuelles épisodiques entre copains pendant quatre ans sans toutefois entretenir derelation sentimentale.


Vers 1 heure du matin ce 2 février 2019, la rencontre a lieu dans la voiture du jeune homme. Mais la discussion dérape rapidement : A. C. touche la jeune femme et tente de l’embrasser. Elle le repousse, veut partir, il la retient mais elle finit par réussirà sortir de la voiture, se sentant salie. «J’ai essayé de me défendre, il y a des garçons qui nous prennent pour des objets », dit Louise, devant le tribunal présidé par Perrine Debeir. «Ce n’est pas parce qu’ils ont déjà eu des relations sexuelles qu’il en est le propriétaire», appuie Me Alain Reisenthel, son avocat.


« Insistant mais pas violent »


La procureure Aurélie La Rosa rappelle la définition de l’agression sexuelle, caractérisée par la contrainte, la violence et l’absence de consentement, autant d’éléments constitués dans cette affaire, selon elle. Des accusations rejetées par A.C. : « Je reconnais avoir été insistant mais pas violent, je ne l’ai pas contrainte », dit-il, avant de préciser : « On se connaissait depuis 2014 et, jusqu’en 2018, on a eu des relations intimes à des fréquences variables. J’ai compris qu’elle ne voulait plus. »

 

« Il lui a fait du rentre-dedans en espérant la faire changer d’avis et elle a envoyé un SMS à sa compagne pour se venger », insiste Me Blandine Lejeune, l’avocate du prévenu. A. C. a en effet déclaré l’avoir forcée : « Des termes qui servent l’accusation », reconnaît l’avocate en réclamant toutefois la relaxe de son client. En vain, car le tribunal retient la culpabilité de A.C. Il devra accomplir à ses frais un stage de lutte contre le sexisme et de sensibilisation à l’égalité entre les femmes et les hommes, verser 800 € de préjudice moral, plus 180 € engagés par Louise pourson suivi psychologique.


1. Prénom d’emprunt.

 

 

CONTACTEZ-NOUS DROIT PENAL

 

 

Retour aux actualités
Actualités
Plus d'actualités
Avocats
Blandine Lejeune

Avocate depuis 1987, Blandine LEJEUNE a acquis une solide experience dans la défense pénale des auteurs et victimes d’infractions.

Elle s’est très rapidement illustrée dans des dossiers sensibles et médiatiques tels que l’affaire Ida BEAUSSART dans laquelle elle a obtenu l’acquittement de cette jeune fille accusée du meutre de son père néonazi ; l’affaire d’Outreau ; l’affaire des frères JOURDAIN dans laquelle elle a assisté les quatre familles endeuillées suite au meurtre de leurs filles ; l’affaire dite du THEATRO ; l’affaire du BATACLAN dans laquelle elle assiste de nombreuses victimes ; …

Blandine LEJEUNE plaide régulièrement devant les tribunaux correctionnels et les cours d’assises dans la région des Hauts de France, et sur l’ensemble du territoire nationale.

 

Parralèlement à son activité pénale Blandine LEJEUNE a également développé une grande maitrise du contentieux familial et des litiges relatifs aux préjudices corporels.

 

Elle est l’auteure d’un essai autobiographique « Une femme parmis les hommes : profession, avocate pénaliste » et de trois polars, publiés chez Ravet-Anceau, dans la collection « Polars en Nord » : « Embrouilles lilloises » ,  « Dernier tango à Lille », « Scandaleuse ».

Matthieu Staelen

Matthieu STAELEN est titulaire d’un Master II Études Pénales et Criminelles.

 

Il intervient principalement au sein du cabinet en droit pénal général, droit pénal des affaires et droit pénal des mineurs.

 

Il assiste les auteurs et victimes d’infractions à tous les stades de la procédure pénale, de l’audition libre ou de la garde à vue, jusqu’aux juridictions de jugement.

 

Il assiste aux côtés de Maître Blandine LEJEUNE les auteurs ou les victimes d’infractions devant les juridictions pénales et principalement devant les cours d’assises.

Adèle Carré

Adèle CARRÉ est titulaire d’un Master II Études Pénales et Criminelles et d’un Certificat d’études pénales et criminelles de l’Institut de Criminologie de Lille.

 

Elle intervient principalement en droit pénal, droit de la famille, et dans les litiges relatifs aux préjudices corporels.

 

Elle assiste les auteurs et victimes d’infractions à tous les stades de la procédure pénale, de l’audition libre ou de la garde à vue jusqu’aux juridictions de jugement.

 

Elle assiste aux côtés de Maître Blandine LEJEUNE les victimes du début à la fin du processus d’indemnisation, les préparant et les accompagnant notamment aux expertises.

Nous contacter
* champs obligatoires

Cabinet
Blandine Lejeune

28, avenue du Peuple Belge
59000 Lille

03 20 06 65 75

06 80 13 10 46

Du Lundi au vendredi
de 8h30 à 12h30 et de 14h à 19h